LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

Nous contacter
Règlementation thermique 2012

Depuis le 1er Janvier 2013, les nouvelles constructions de maison que ce soit en Bretagne ou partout en France, doivent dépenser le moins d’énergie possible. En tant que constructeur de maisons reconnu dans les Côtes d'Armor (22), nous aborderons ici l’essentiel de la nouvelle réglementation thermique RT 2012 en 10 questions.

I. Qu'est ce que la Règlementation Thermique 2012 ?

Réglementation thermique 2012Une réglementation thermique ou (RT) fixe les normes à respecter pour éviter que les nouvelles constructions ne consomment trop pour se chauffer en hiver, se rafraîchir en été, se ventiler, s’éclairer et produit l’eau chaude sanitaire (ECS) toute l’année, avec un objectif très précis : économiser l’énergie.

II. En quoi la RT 2012 se distingue-t-elle de la précédente ?

Elle suppose des bâtiments encore mieux isolés, sans ponts thermiques, et pensés différemment à grand renfort d’architectes, thermiciens, économistes… Mais contrairement à la RT 2005 qui imposait des moyens pour obtenir de meilleurs résultats en labellisant telle ou telle isolation ou tel ou tel matériel, la RT 2012 oblige à des résultats précis tout en laissant une grande marge de manœuvre dans le choix des moyens pour y parvenir.  Mais attention, ces résultats sont draconiens et doivent s’inscrire dans le projet du « Grenelle Environnement » qui vise à réduire d’un facteur 4 la consommation globale d’énergie.

III. La construction de la maison va-t-elle coûter plus cher ?

Oui… et finalement non. Les professionnels s’accordent sur une augmentation de la facture de 8 à 12 % selon la localisation et le système constructif retenu. Mais attention, au final, le coût ajouté lors de la construction est un gain d’argent en dépenses énergétiques à condition de respecter les conditions d’utilisation de la maison. La facture de chauffage devrait alors passer de 900 € en moyen par an et par ménage à environ 250 €. Surcoût et économies devraient donc s’équilibrer.

IV. Quel est le grand principe de la RT 2012 ?

performance energétique

 

Pour mieux percevoir l’importance du changement, il faut savoir que chaque nouvelle réglementation thermique faisait jusqu’alors diminuer les consommations d’environ 15 %. Avec la RT 2012, la performance devra être multipliée par 3 ou 4. La limite à ne pas dépasser est fixée à 50 kWh d’énergie primaire par mètre carré par an, ce chiffre variant légèrement selon des considérations géographiques. A comparer avec un bâtiment qui, respectant les normes de la RT 2005, consomme aujourd’hui entre 150 et 200 kWh/m²/an.

 

V. Comment répondre à de telles exigences ?

Il n’y a aucune solution universelle, seul le résultat compte.

Une conception bioclimatique prend en compte la forme du bâtiment (une surface de façade moindre limite les déperditions de chaleur), son orientation pour la recherche de soleil et de lumière, son inertie (pour limiter l’impact des changements de température) et son aménagement intérieur : volumes tampons au nord (garage, buanderie, toilette…) et pièces à vivre ouvertes côté soleil. Les chambres sont à l’Est pour bénéficier du soleil levant, tandis qu’à l’Ouest on évite de percer des fenêtres génératrices de surchauffe en été.

Comment faire des économies d'énergie dans le 22 ?En favorisant l’éclairage naturel : la surface des baies vitrées doit être égale au minimum à 1/6e de la surface habitable.

En isolant sol, mur et toiture.

En maîtrisant la perméabilité à l’air : l’étanchéité est indispensable. Toiture, fenêtre, tuyauteries, réseaux divers… partout où l’air passe, la chaleur s’échappe (ou pénètre) et la consommation d’énergie augmente. L’étanchéité à l’air constitue donc un des principaux enjeux de la nouvelle réglementation. Le taux de flux d’air échangé est calculé par le test d’infiltrométrie ou de la Blower Door (porte soufflante).

En favorisant l’inertie thermique : C’est la capacité d’un matériau à emmagasiner puis à restituer plus ou moins vite la chaleur ou le froid. L’inertie est une source d’économie et de confort, elle lisse les écarts de température C’est le principe constructif et les matériaux mis en œuvre qui déterminent l’inertie thermique. Par exemple, une maison en ossature bois est légère et sa capacité à emmagasiner la chaleur ou la fraîcheur est très faible. Il est donc nécessaire de compenser par la réalisation d’une dalle de sol épaisse et d’un cloisonnement intérieur en matériau lourd (brique, béton…) capable de jouer le rôle « d’accumulateur » au cœur du bâti.

En installant une ventilation économe et efficace : Isolation et étanchéité renforcées supposent une ventilation contrôlée pour ne pas transformer la maison en cocotte-minute insalubre. Difficulté : une ventilation permanente suppose une dépense d’électricité pour son fonctionnement d’où l’apparition d’une génération de moteurs de type « microwatt à basse consommation. La ventilation sera de préférence en simple flux de type Hygro B (automatiquement régulée selon le degré d’hygrométrie).

En privilégiant les énergies renouvelables : En particulier pour le poste Eau chaude sanitaire (ECS), solaire, thermique, solutions thermodynamique, récupération de calories sur les fluides sortant etc…

VI. La RT 2012 ne rend-elle pas caduque les certifications BBC et Effinergie ?

La RT reprend les grandes lignes de la certification BBC, excepté pour la surface de la maison. Quant au label Effirnegie, c’est à lui que l’on doit les règles et la définition des seuils à ne pas dépasser, soit les fameux 50 kWh/m²/an.

VII. Qu'est-ce qui change pour moi, candidat à la construction ?

Très concrètement, deux attestations sont mises en place. Une attestation de pré-étude thermique sur la faisabilité du projet devra être jointe au permis de construire et à la fin des travaux, une attestation de conformité sera délivrée par un bureau de contrôle qui vérifiera si les exigences (quantité d’isolant, recours à une énergie renouvelable etc…) sont bien respectée. Sur le plan du contrôle, le fameux test de perméabilité à l’air sera effectué avant d’entreprendre les travaux de finition.

VIII. Qu'est-ce qui change pour ceux qui vont construire ma maison ?

Etiquette sur la Réglementation thermique 2012

Ils ont une obligation de résultat et quelques obligations de moyens. Soit de grosses contraintes pour les chauffagistes, plombiers, électricien, maçons, plaquistes… qui doivent se former à des nouvelles techniques et réformer quelques fois de fond en comble leur manière de travailler. Sans parler de la coordination qui doit être parfaite entre les métiers.

Pour élaborer son offre, chaque constructeur est donc libre d’opérer ses choix techniques et de privilégier la performance du bâti (isolation) ou celle du système de production de chaleur, tout en associant judicieusement les différents équipements techniques (VMC etc…).

IX. Et que va-t-il se passer si les normes n'ont pas été respéctées ?

En tant que propriétaire de l’ouvrage, vous êtes responsable. Les sanctions (essentiellement financières) seront élevées : 45 000 € d’amende assortis de 6 mois de prison en cas de récidive (article L 152 – 4 CCH). Mais vous aurez la possibilité de vous retourner contre le constructeur qui, lui, n’aura pas honoré correctement le contrat.RT 2012 schéma des avantages

X. Comment vais-je vivre dans ma nouvelle maison ?

Si vous ne le faites déjà, il va falloir apprendre à piloter. Votre nouvelle maison est censée dépenser moins de 50 kWh/m²/an, mais il va de soi que si vous chauffez votre habitat à 22°C, cette limite sera allègrement dépassée. Pour mémoire, la température intérieure préconisée par l’Ademe est de 19°C pour une pièce à vivre. Ce qui a été retenu pour les calculs officiels de consommation, mais ce qui s’avère un peu juste pour la majorité des Français qui estime que le confort thermique se situe plutôt entre 20 et 21°C. Or, si l’on en croit l’Ademe, 1°C de plus, c’est une augmentation de 7% de la facture de chauffage. La solution ? Une surveillance accrue des postes et des périodes de dépenses d’énergie, une programmation judicieuse des températures et des temps de chauffe ainsi qu’une traque impitoyable des gaspillages : sus aux veilles sur les appareils électroniques (dans les cuisines, à quoi bon lire la même heure sur le four, le micro-ondes, le réfrigérateur, le lave-vaisselle…)

Contact